darkroomsg-la-face-cachee-de-greenpeace

Greenpeace : Une arnaque écologique ?

Je ne vous cache pas que nous n’avons pas pour habitude de faire circuler de l’information négative. Malheureusement, une vérité qui fait mal à attendre doit être évoquée. Greenpeace, cette « association de lutte pour la planète et le climat » (avec des très grands guillemets car elle n’est même plus l’ombre d’elle-même) , tout le monde la connaît, je n’ai nullement besoin de vous présenter ce géant de l’écologie. Il y a pourtant une face bien cachée, loin des principes de la protection animale et environnementale. Celle d’une société qui depuis quelques années est prête à tout pour l’argent, quitte à tuer des ours polaires, des phoques et vendre son âme aux gros industriels très soucieux de l’environnement (on le sait bien).

Greenpeace : tueur d’ours et pro chasse

 

jon-burgwald-greenpeace-tueur-d-ours-et-de-phoqueNon vos yeux ne vous font pas un mauvais tour, il s’agit bien de Jon Burgwald, le directeur de Greenpeace Arctique, qui pose fièrement avec un manteau en peau de phoque. Vous trouvez ça méprisable ? Ce n’est pourtant que le début. D’après le Capitaine Paul Watson (Sea Sheperd), notre héro des océans à la tête de la flotte de navires luttant entre autres, contre le braconnage en mer, « Greenpeace a trahi et condamné les ours polaires du Groenland, à un massacre et une souffrance innommable ». Burgwald soutient les inuits dans leur chasse aux ours polaires.

 

 

 Ont le droit d’être massacrés, au yeux de Greenpeace

Quelques chiffres :

  • Profits en 2015, 375 millions d’euros récoltés pour 170 millions d’euros dépensés dans d’autres collectes de fonds.
  • 300 ours polaires tués en 2016 grâce à la WWF et Greenpeace
  • 40 millions d’euros récolté en 2015 pour l’interdiction de la chasse à la baleine dans l’Océan Austral, ces 40 même millions dépensé dans d’autres campagnes de collecte de fonds, afin de s’enrichir encore plus.
  • 8000€ brut de salaire, pour les deux directrices exécutives de Greenpeace International
  • 5300€ brut de salaire pour le directeur de la section néerlandaise (40h de travail hebdomadaire)

 

Qui finance Greenpeace ?

Le problème avec Greenpeace, comme pour la WWF, c’est qu’on aimerait bien leur pardonner, étant donné le travail non négligeable, qui est fait pour la planète depuis maintenant 50 ans. Malheureusement, comme toutes multinationales, qui ont atteint ce niveau d’influence et une implantation conséquente dans le milieu financier, vous avez des actionnaires.

Le problème étant que lorsque ces actionnaires sont majoritaires, le pouvoir décisionnel ne vous reviens pas à 100% entre les mains. Quand des grandes entreprises allemandes vous demandent de ne rien faire pour le scandale Volkswagen, alors vous ne faites qu’une petite pub Star Wars et le tour est joué. Pour ce qui est de Greenpeace France, les fonds sont assez transparent et les actions claires. Pour le reste du monde, la transparence n’est pas forcément de mise.

greenpeace-sauve-les-oceans

Alors est-ce que tout est à jeter ?

Non, bien sûr que non. Il y a pas moins de 35 000 bénévoles, sur lesquels je ne doute pas une seconde, de leur motivation et leur dévouement à la cause environnementale. Ces personnes sont le bras armé d’une justice écologique, trop souvent écartée du débat social. Le vrai problème se trouve plus haut. La direction est trop souvent sujette à des histoires financières louches.

Pour ce faire sa propre idée de ce que représente Greenpeace, je vous laisse en source des médias qui ont pu parler de certains dossiers sensibles liés à Greenpeace.

De plus voici une liste de témoignages, d’anciens présidents de Greenpeace ou des personnes affiliées à celle-ci :

La face cachée de Greenpeace

Sources:

http://www.ctvnews.ca/

http://www.canadianmanufacturing.com/

http://www.macleans.ca/

https://www.facebook.com/captpaulwatson/

http://carfree.fr/index.php/2011/06/30/le-cote-obscur-de-greenpeace/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.